derniers articles

Le jardin d'Eden

Je vous avais promis un superbe article sur le couplé Costa-Rica et Panama...

Malheureusement, j'ai l'immense tristesse de vous annoncer la perte de mon appareil photo chéri au Pérou et...Bien évidemment, parce que j'ai été un peu cruche sur ce coup là, la perte des photos des 3 semaines précédentes avec...

C'est donc un article bien plus court que prévu auquel vous aurez droit, avec quelques maigres photos issues de mon téléphone !

Enfin bon, comme je me suis déjà flagellée suffisamment fort et longtemps, et que j'en garde encore les traces dans le dos :p ; on ne va pas remuer le couteau dans la plaie hein !

Alors voilà, le récit commence à mon arrivée à San José, capitale du pays. Une ville sans grands intérets, si ce n'est l'expérience vécue de la négociation des médicaments ! C'est donc le premier jour, avec un début d'angine, que j'ai fait l'expérience du marchandage de la santé..

Première pharmacie, je demande des cachets, et là on me répond 10€ (enfin l'équivalent).

Moi : par boite ? (trop habituée à ne rien payer, merci la Sécu !!!)

Pharmacien :Non par cachet madame...

Moi : ah oui quand même... Euh bah je vais réfléchir...

Pharmacien : mais si vous achetez 3 cachets, vous en avez 2 gratuits.

Moi : ah euh, ok, mais je vais réfléchir quand même

Je m'en vais donc dan une autre pharmacie.

Dialogue du même genre :

Moi : ah 10€ le cachet ? (bon bah c'est comme dans l'autre alors, c'est bien le prix en vigueur et non pas dû à ma tête de gringo). Très bien merci, désolée mais dans l'autre pharamcie j'en avais 2 gratuites.

Pharmacien : attendez, je peux moi aussi vous faire une réduction

Moralité de l'histoire : heureusement que t'as qu'une angine, parce que si t'arrives aux urgences et qu'il faut aussi moneyer ta prise en charge, t'as le temps de mourir deux fois hein !

Bref, une petite entrée en la matière aussi amusante que déroutante...

Départ dès le lendemain, avec un aller simple vers Quepos. Petite bourgade sans intérets non plus, mais qui est le point de chute pour se rendre au parc Manuel Antonio. Quelques heures de bus, puis un taxi plus tard, me voici donc les pieds nus et le coeur léger, sur la plage, pour mon premier coucher de soleil au Costa Rica !!!

Un début au Costa Rica qui s'annonçait tellement prometteur...

Le lendemain j'avais révu de me rendre au parc national pour une journée de randonnée. Première déception, bah non, on est lundi les parcs sont fermés.

Ok, ce sera une journée découverte du surf (non, non pas de photos, je tiens à garder ma dignité !) et farniente sur la plage donc.

Mardi matin, ok c'est bon, levée de bonne heure, je m'en vais d'un bon pas en direction de l'entrée du parc et là...C'est le drame, 1h30 de queue pour acheter son billet d'entrée. Bon déjà tu te dis que "si t'avais su, t'aurais pas venu" enfin que tu te serai levée moins tôt du moins. Parce que le meilleur reste encore à venir...Ensuite c'est encore 1h30 de queue mais plutôt à poireauter car...Le parc étant bondé, ils ne laissent plus rentrer personne afin de ne pas perturber les animaux.

Tout louable qu'est leur décision, ca fait quand même bien "biiiiiiiiiiiiip" !

C'est donc finalement aux alentours de midi que je fais mon entrée toute excitée comme un chaton au salon de la laine (oui j'adore cette expression si mignonne) dans Le Parc National de Manuel Antonio tant attendu ....

Deuxième déception, (ou première erreur comme on voudra), ne pas opter pour un guide... Du coup, c'est vrai, des animaux j'en ai pas vu beaucoup, car de une :

- c'est comme en Afrique, tu ne peux pas sortir des sentiers balisés et les animaux ne font pas leur vie à coté des sentiers pour le plaisir des touristes. J'aurais dû le savoir...

de deux :

- y'a tellement de touristes sur les sentiers, que même moi, si j'étais un animal de la jungle, je ne viendrais pas non plus !

Mais toute enchantée que j'étais à l'idée d'être au Costa Rica, le jardin d'Eden, le pays qui me faisait tant rêver depuis un moment, je m'attendais à voir des toucans à tout bout de champs !

Bon, bah résultats des courses, quelques ratons laveurs sur la plage (qui viennent te piquer ta bouffe direct dans le sac si tu fais pas gaffe), et beaucoup de capucins. Ce genre de petits mignons pas très farouches non plus.

Une journée sympa en "pleine nature" si l'on veut (cf. la hored de touriste en fond d'image) avec la petite halte-baignade sur la plage qui va bien et hop le lendemain je prévois de me rendre au parc national de Corcovado.

Un tout petit parc national, mais probablement le plus beau me dit-on car très difficile d'accès : 3 changements de bus, puis bateau, et tout le blabla, sauf que miracle, en partant un mercredi, il existe une navette directe qui va à l'embarcadère. Elle passe à 11h me dit le gars au guichet de vente des billets de bus.

Mercrdei : parfaitement à l'heure (et donc en avance) me voilà fin prête, avec tout mon paquetage (qui pèse toujours une tonne et demie), pour me rendre dans ce petit paradis perdu.

Je me pointe au guichet, et là le monsieur (un autre) me dit :

-"ah oui mais non, contrairement à tous les bus du pays dont les tickets peuvent s'acheter le jour même, jusqu'à l'heure du départ, celui-là il fallait le réserver ! La navette est déjà partie de San José, et ils n'ont pas prévu d'arrêt ici. C'est balot ma ptite dame !" (bon il n'a pas dit ça mais ça y ressemblait presque)

Purée 3ème déception, et premier coup de gueule.

Intérieur le coup de gueule hein, car mon espagnol étant fort limité, j'arrive à peine à m'exprimer, alors la frustration je la garderais tout au fond de moi pour les 5h de trajet qui me ramèneront finalement à San José.....

Chouette, retour à la case départ....

"Allez" je me dis, "ce sont les aléas du voyage, ça fait partie du jeu. Et puis c'est l'occasion de mettre à nouveau à l'épreuve ton sens de l'organisation et du rebondissement à toutes épreuves ma petite Sandrine."

Une fois de retour à San José, je fais donc ma petite enquête auprès des Costa Ricains pour savoir quelle est LA plus belle plage du pays, parce qu'après tout ça, au diable les toucans, je vais aller me la couler douce sur la plage avec une noix de coco à la main, non mais !

Tous, sans hésiter me disent : Perto viejo !!!

Youhouuuuu, le lendemain c'est parti, direction Puerto Viejo avec des étoiles pleins les yeux ! A moi la bronzette les pieds en éventails !

Au passage, en plus de la bronzette, il y a un très joli parc national, réputé pour ses fonds marins aux eaux cristallines.

6h de bus plus tard, sous une chaleur étouffante, me voilà arrivée à .....

Quoi ? ???

C'est ça Puerto Viejo ? Non mais il doit y avoir une erreur ? Où est la plage magnifique ? La plus belle du pays ?

Il y a bien une plage, mais je ne vois absolument pas en quoi c'est plus belle ? D'ailleurs pour dire, tu ne loupes rien, je n'avais même pas pris de photos tellement ça n'en valait pas la peine...

Pfffff, décidemment je commence à croire que le Costa Rica ne veut pas de moi...

Bon bah, allez, pas grave, on va s'offrir une jolie journée de snorkeling puis marche dans le parc (avec un guide cette fois).

Oki doki, excursion bookée. Une bonne nuit de sommeil et c'est parti pour l'aventure !

Oui enfin ça, c'était avant que le ciel ne décide de m'offrir un bel orage tropical toute la nuit et jusqu'au matin...Du coup, les eaux cristallines, bah de une, elles sont troubles, et de deux pour avoir un beau bleu turquoise, il faut du soleil !!!

Costa Rica, je crois que tu m'en veux vraiment...

Faible consolation, la marche dans le parc de Cahuita avec un guide m'aura permis de voir un peu plus d'animaux que la fois précédentes, mais bon, j'aurais surtout vu beaucoup plus de serpents que de mamiphères ou d'oiseaux au final.

De retour à Puerto viejo city beach, comme je ne suis pas du genre à me laisser abattre, et qu'on est à deux pas de la frontière, je me dis que "Et zut, puisque le Costa Rica ne veut pas de moi, et bah je m'en vais eu Panama tiens !"

Je vous passe les détails de la fin de ma love-story avec le Costa Rica, du genre, je mets mon sac (avec ordi et appareil photo) dans le shuttle bus qui doit nous emmener au Panama, et pars chercher de l'argent au distributeur. Je reviens plus de minibus ! Je l'aperçois au loin, pense qu'ils sont partis sans moi, courre pour le rattraper, un bon sprint de 400m, monte dedans et là non ! Erreur de shuttle, ce sont des étudiants.

Je descends, le bus part, 10 secondes, 20 secondes, et là je me rends compte que flûte mon sac est dedans !!!!

Je courre à nouveau, siffle comme un cherretier, fais un 1000mètres haies, toute la ville s'apercevant que je courre après le bus, essaie de l'arrêter aussi, mais le chauffeur ne semble pas s'en apercevoir, arrivé à la sortie du village, il accelère et là, épuisée, j'abandonne...

Adieu veaux, vaches, cochon... Enfin surtout adieux à mon ordi et mon appareil chéris...

Mais ça ne s'arrête pas là !!!!

Hop ! Sorti de nulle part, comme dans un James Bond, un type en moto me propose de rattraper le bus ! Je réfléchis 2 secondes, je n'ai pas de caque, tant pis ! Je tente le tout pour le tout !

Le bus va sacrément vite dis donc, nous aussi, on slalome entre les voitures, je me dis à un moment qu'en short et sans casque si on se scratche, il y aura des bouts de Sandrine rapée sur la route ! Beurk, vaut mieux pas penser dans ces moments là

On finit enfin par attraper le bus, je monte dedans pour demander mon sac et....Là les jeunes me disent : "ah non, non vraiment, y'a pas votre sac non plus"...

Purée mais il est où ce sac ?!?!

Entre temps, problème numéro un, j'ai laissé mon autre sac (avec toutes mes fringues, seul dans la rue (oui bah quoi ? T'as déjà fait un 1000mètre haies avec 17kg sur le dos toi ?!) et de deux, problème plus important, le mec à la moto a pas dû bien comprendre, bon à vrai dire on ne s'est pas vraiment parlé non plus, mais il est parti !!

Du coup, me voilà, à 10km du village, un sac perdu, un sac à l'abandon et un shuttle pour aller au Panam qui m'attend probablement, ou pas ! Vu ma chance ces derniers temps, il pourrait tout aussi bien être parti sans moi...

Bon, c'est là où tu te dis : PAYS DE MERDEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!!!!!!!!!!!

Voilà, la frustration tout à l'intérieur de moi a bien dû finir par s'extérioriser.

Je me décide à faire du stop, une voiture, deux voitures, personne ne me prend. M'en fout la prochaine, je me jette sous ses roues s'il le faut !

Bingo, la troisième est la bonne. Je reviens donc à mon point de départ, en courant toujours et là, ouf numéro un : mon sac de fringues est toujours là et ouf numéro deux.........Le shuttle où se trouvait mon sac avec ordi est de retour ! Il était juste parti fair le pick-up des autres clients directement à leur hotel....

Punaise, tout ça pour ça !!!

Pas mécontente de partir de ce pays finalement !

Allez, à la limite même contente.

A croire que ma vie se résume ainsi : les pays que les gens généralement adorent moi je ne les aime pas, et vice-versa !

Bon, passons, direction le Panama donc.Après un voyage correct et un passage de frontière un peu folklo (mais je commence à m'y habituer), encore un mini-bus et une traversée en bateau plus tard, me voilà arrivée à mon auberge de jeunesse située à Bocas del Torro, chapelet d'îles, situé tout au nord-est du Panama, à proximité de la frontière avec le pays que j'aime pas.

Et là, je me dis que j'ai décidemment vraiment bien fait de prendre cette décision "coup de tête" d'aller voir ailleurs si le sable était plus blanc et la mer plus bleue.

Parce que oui, sans conteste, la mer est tellement plus bleue, et le sable tellement plus blanc, et d'une façon générale, sans trop savoir pourquoi, mais je préfère la "vibe" qui se dégage de cet endroit plutôt que celle du Costa Rica.

Après une première nuit et une première journée plongée-déjeuner sur la plage et ballade au bord de l'eau, j'ai réservé une excursion le lendemain sur 4 des ilets (il y en a une bonne douzaine de mémoire, impossible de faire toutes donc).

Magnifique journée dont il me reste quelques photos seulement mais qui reflètent quand même très bien ce côté caraïbes que j'aime tant

Le restaurant du bout du monde...

Et ses toilettes du bout du monde ahaha. Belle vue non ?

C'est donc sur ces dernières images qui me mettent encore la larme à l'oeil, que s'achève mon petit tour Costa Rica-Panama.

Un avion m'attendait déjà le lendemain en direction du Pérou....

Jamais vraiment le temps de me poser nulle part en fait, et toujours à courir d'un avion à l'autre, ou d'un bus à l'autre...

Je vous quitte donc sur ces belles images de mer zur, et te prépare donc dans les meilleurs délais l'article suivant, un peu tronqué du fait de la perte de mon appareil mais qui restera néanmoins bien plus fourni en images...Avec quelques surprises à la clef :)

A très vite... !

articles récents
archives
Search By Tags